Ne rechignez pas à utiliser des substituts à la nicotine

substitut a la nicotine
Attends plutôt d’être très malade avec mon aide, pour les medocs !

La gestion du manque dû à la dépendance à la nicotine est la principale difficulté que l’on rencontre quand on arrête de fumer. Des solutions existent pour atténuer voir, faire disparaître la sensation de manque. Leur utilisation multiplie par 2 voire 3 vos chances de réussite. Pourquoi s’en priver ?

- Utiliser un médicament pour s’arrêter de fumer, et pour combattre une dépendance n’a rien de honteux.

- L’efficacité des médicaments et substituts est scientifiquement prouvés, ces produits sont efficaces, et sont une aide précieuse (même s’il ne dispense pas hélas d’un minimum de volonté pour arrêter de fumer)

- Rien ne justifie de se passer de ces aides, sauf à être un peu présomptueux. On peut arrêter de fumer sans y avoir recours, mais pourquoi ne pas mettre toutes les chances de son côté, en profitant des médicaments disponibles ?

- L’argument du prix élevé des substituts est souvent évoqué. Il suffit de ramener le prix de ces produits à votre « budget cigarettes » sur les 12 derniers mois, pour vous rendre compte que le coût des médicaments n’est pas si élevé que cela.

- Les effets secondaires sont très peu nombreux, et tout à fait anodins (légères rougeurs et petites démangeaisons localisées, par exemple, pour le patch, parfois). Les substituts ne sont pas dangereux pour la santé, contrairement à la cigarette.

- Sous-estimer sa dépendance à la nicotine est une erreur. Même si vous avez l’impression de ne pas être dépendant de la nicotine, vous l’êtes forcément si vous fumez, ne serait ce que 10 cigarettes par jour. En prendre conscience est un pas décisif et nécessaire pour arrêter de fumer. Les médicaments peuvent donc vous être utiles.

fumer moins